logo



Le spectacle
L'équipe artistique
Les dates
La presse
Le dossier
Accueil compagniespectaclesJean-Marc BailleuxGérald Robert-Tissotgaleriecontactliens

Shakespeare Party

SHAKESPEARE PARTY

 

 

 

 

 

Montage et orchestration

 

Jean-Marc Bailleux et Gérald Robert-Tissot

 

 

 

Avec 

 

Jean-Marc Bailleux, Emmanuelle Cozon, Denis Déon, Floriane Durin, Françoise Fouquet, Gérald Robert-Tissot, Jessica Schmidt,Thibault Viviani, Sonia Zinck.

 

 

Et le groupe Malossol

 

Michael Buxton, Radek Klukowski, Estelle Nouyrigat, Mirek Sokolowski.

 

 

Lumières

Jérôme Allaire

 

Costumes

Anne Dumont

 

Photos

Alexis Gratié

 

Dans une taverne anglaise reconstituée (repas, bal, concert et ambiance british garantie), 12 comédiens et quatre musiciens joueront une intrigue inspirée du théâtre grand guignol, des Monty Python et des plus contemporains où le public sera intégré à l’histoire.

 

Les saynètes sont tirées des diverses tragédies et comédies du grand maître avec comme grands thèmes : les rapports parents-enfants, les déclarations de guerre, les complots, la fête et le travestissement, la trahison, la vengeance et le repentir…

 

- Shakespeare, vecteur ou alibi d’une fête renaissante ?

  • Shakespeare notre contemporain, complice inépuisable pour rire et agir face au « théâtre du monde ».

 

 

 

 

Ce Shakespeare, sacré, consacré … dans tous les sens.

 

Notre point de départ consiste à nous rappeler que le Théâtre du Grand William Skakespeare (« GWS »)  était aussi écrit pour le Peuple, quand le Public se tenait debout et braillait.

 

William « GWS » Shakespeare a écrit des pièces sur le pouvoir, où les manigances et les complots étaient une règle d’Or de vie pour certains personnages.

 

« GWS » nous a livré des récits sanglants où l’on crève des yeux et où l’on coupe des têtes. A l’intérieur de tavernes, où la bière colle aux pieds, on conspire contre le Roi et l’on signe son arrêt de mort.

 

Ne serait-on pas tentés d’établir un lien (assez évident !) avec ce qui se passe autour de nous ? Nos hommes politiques, quoiqu’un brin mieux élevés, ne tournicotent-ils pas autour du pouvoir avec un drôle de sens de la légalité ?

 

 

Une soirée festive avec de la musique, de la bière et du bruit, une ambiance de taverne digne de « UNDERGROUND » d’Emir Kusturika, brillamment assaisonnée par le groupe MALOSSOL.

 

Une soirée où le public se retrouve, malgré lui, au cœur d’un complot se mêlant avec effroi et amusement à cette fête « grand-guignolesque » d’ici et maintenant.

 

Shakespeare, vecteur ou alibi, notre complice utile à la décortication d’un monde sans pitié …

 

Définition de la soirée

 

 

Dans un jardin enchanté, devant un château, sur un parking transformé en cour élisabéthaine, des « comédiens-machines » rendent un énième hommage à « GWS ».

 

Il y aurait « quelque chose de pourri dans ce royaume… » et le théâtre en habits de fête pourrait y rendre toute illusion possible : les rois et les princes se déguisent en bergers ou en garçons cabaretiers, les futurs tyrans ont le ton miel et l’album photo-image d’Epinal… La jeunesse prépare sa révolte. Les guerres d’idées, de sexes, de générations et de nations se transforment en complots avec leurs retournements de situations.

 

Heureusement, il y a la fête, mais n’est-elle pas qu’un rêve dont il faudra se réveiller le lendemain ?

 

Ainsi, nous vous invitons presque à la table de quelques uns des personnages emblématiques de « GWS ». Ces Hamlet, Lady Macbeth, Richard III et autres fous du roi surgiront çà et là avec leurs facéties et pitreries inspirées. Ils vous raconteront une intrigue abracadabrante tirée des diverses comédies et tragédies du Grand Maître Anglais*.

 

Tantôt version Grand-guignol, tantôt Monty Python, l’histoire tiendra au fait que le verbe shakespearien reste inépuisable et universel à la face du monde. Les mots, toujours les mots de « GWS », la musique slavo-jazzo-rock de MALOSSOL et des comédiens insolents vous souhaiteront « la bienvenue au royaume des fous ! ».

 

 

 

 

*35 saynètes tirées de :

 

Huit tragédies : Titus Andronicus, Othello, Le roi Lear, Hamlet, Cymbeline, Richard III, La tempête, Macbeth.

 

Six comédies : Beaucoup de bruit pour rien, Le songe d’une nuit d’été, La nuit des rois, La mégère apprivoisée, Comme il vous plaira, Le conte d’hiver et des sonnets.